Main menu
0:00
0:00

Les arbres blanchissent comme les gens.

Le vent leur a pris leur été,

Et les boucles des bouleaux,

Ebouriffées par la nuit,

Sont soudain jaunes.

 

Ces frimas, on les oubliera vite,

Le toit qui goutte jouera des mazurkas

Et avril rieur démêlera les boucles vertes du bouleau,

 

Et la ronde continuera,

Mouvement sans fin.

Oui, mais quand un ami a blanchi

Comment effacer les rides de son visage?
Print Friendly, PDF & Email