Main menu
0:00
0:00

Seul compte l’instant présent,

A quoi bon pleurer ce qui est perdu?

Nous ne cessons d’attendre, et il faudrait se hâter,

Car le Seigneur nous a mesuré le temps.

 

Elles sont grandes ouvertes dans les brumes de l’aube,

Les portes des demeures célestes.

Et nous, nous cherchons toujours Dieu

Dans l’agitation de ce bas monde.

Print Friendly, PDF & Email